Ma nouvelle passion pour le sport tendance : le Wingfoil !

Chères lectrices, chers lecteurs, c’est avec une joie immense que je m’apprête à parler avec vous de ma nouvelle passion (toujours dans les sports de glisse), le wingfoil ! C’est un peu le dernier sport à la mode mais il reste suffisamment complexe pour que monsieur tout le monde ne puisse pas s’y lancé à corps perdu. Pour les non-initiés, le wingfoil consiste à se tenir sur une planche avec un foil (un mât avec des ailes permettant de voler au-dessus de l’eau) et être tracté par une aile (semblable à une cerf-volant) afin de gagner de la vitesse. Le foil permet d’avoir moins de contact avec l’eau et nécessite donc moins de puissance pour avancer. Cela tombe bien car en wing vous irez moins vite qu’en kitesurf ou windsurf. Cependant, la sensation de liberté de mouvement est telle, que cette discipline est en train de devenir un sport à part entière.

Le wingsurf ou wingfoil, qu’est-ce que c’est ?

 

Sachez tout d’abord, que personne au monde ne parlera mieux de ce sport que les 3 dinguos du wingsurf et de leur site dédié à la wing : https://www.wing.fr . C’est eux qui m’ont donné envie de me lancer dans l’aventure grâce à leurs articles et retours d’expériences riches et variés. Par rapport au surf ou à la planche à voile, l’ajout d’un hydrofoil à votre SUP augmentera les performances de votre aile. Une fois sur l’hydrofoil, la traînée et la tension de surface sont considérablement réduites. En conséquence, vous gagnez en accélération, en vitesse de pointe, en maniabilité et en avantage significatif au vent. Bien que vous n’ayez pas besoin de beaucoup de puissance gràce à votre foil vous avez toujours besoin de suffisamment de puissance pour décoller.

Voici un foil de la marque Fanatic. Ce dernier fonctionne très bien en wingfoil.

Les planches de paddle ont une bonne traînée, c’est pourquoi nous constatons que la plupart des riders auront besoin d’au moins 15 noeuds (certains disent 10 noeuds) de vent pour réussir à décoller sur des hydrofoils de bonne taille (au moins 1500 cm² d’aile avant).

 

Comment débuter en Wing ? Faites comme moi !

 

Si vous ne maitrisez pas du tout le foiling, ce sera là partie la plus complexe à apprivoiser. Pour démarrer doucement, étape par étape,  mettez-vous derrière un bateau et apprenez d’abord à faire de wakesurf puis du wakefoil. Choississez un endroit simple, que vous maitrisez et avec des conditions lightwing parfaite. Installez votre foil avec votre plus grande aile avant. La plupart des rideurs auront besoin d’au moins 1800 cm² pour réussir, comme moi. Apprenez à vous lever sur votre planche et votre foil, puis à pomper pour progresser une fois la corde lâchée.

Lorsque vous transportez votre planche et votre aile, essayez de garder l’aile sous le vent et votre planche au vent en permanence. Ceci afin de protéger votre aile et votre corps des dommages causés par le foil. Si ce n’est pas possible, faites de votre mieux pour garder votre aile dans votre main et éviter la collision avec les ailes de votre foil. Certaines marques proposent un leash de sécurité vendu avec les ailes de wing.

 

Comment se lever pour la première fois en wingfoil ?

 

Pour commencer, mettez-vous à genoux, bougez, puis remontez et accélérez. Faites bien attention à la position de vos pieds et trouvez le point d’équilibre de votre foil. Lorsque vous atteignez la bonne vitesse, déplacez légèrement vos hanches vers l’arrière. Si vous êtes correctement positionné et que vous avez suffisamment de vitesse, vous commencerez à décoller. Lorsque vous êtes à environ 10″ au-dessus de l’eau, déplacez légèrement vos hanches vers l’avant pour vous mettre au niveau de la planche. Bam, vous êtes en train de décoller ! Lorsque vous tombez, assurez-vous de garder votre main avant sur le bord d’attaque. Si vous ne le faites pas, l’aile sera à la merci du vent et finira par trouver son chemin jusqu’à votre hydrofoil. Croyez-moi, cela m’est déjà arrivé. C’est pourquoi nous recommandons aux pilotes d’ailes d’emporter une bonne bande de ruban adhésif et des ciseaux sur la plage. Cela peut sauver votre session et la possibilité d’une déchirure de la voilure.

Un water-start est idéal. Suivez le Tuto de Sroka pour réussir rapidement !

Bien plus facile à dire qu’à faire, la plupart des rideurs auront besoin de 20 à 25 heures de préparation et d’entraînement avant de pouvoir effectuer des sorties en wingfoil. Continuez et vous finirez par voler comme si c’était une seconde nature. Ce sport parait être l’un des plus simple à regarder, mais à faire, mieux vaut débuter étape par étape et apprendre à maitriser un foil en wakefoil, surf-foil ou SUPfoil.

C’est un nouveau sport pour tout le monde donc l’échec n’est pas un problème. N’est pas Kai Lenny qui veut, c’est bien normal. Acceptez de faire partie de quelque chose de nouveau et aidez-le à construire son avenir. Je ne peux qu’imaginer les tours et les tricks sympas qui vont bientôt voir le jour et je suis certain que nous ne voyons que l’essentiel maintenant, et certains rideurs vont sûrement repousser les limites de notre imagination actuelle. Pourquoi pas dans des compétitions qu’elles soient sur mer ou terre (car oui, avec un skateboard ou un snowboard le WING c’est fun !). Mais à votre avis, la première compétition en wingsurf portera sur quels critères ? La vitesse, le freestyle ou le slalom ? Vu l’engouement, il ne faudra pas longtemps pour apprendre qu’une telle compétition en wingfoil aura bientôt lieu.

La suite au prochain numéro ! C’était Léo, apprenti Wingsurfer qui souhaite devenir grand !

A très vite chères lectrices et chers lecteurs 😉.