Le lymphome est une manifestation pathologique qui affecte ce que le vocabulaire médical regroupe sous l'appellation de système lymphatique. Ce dernier lymphome : symptômes et traitementconsiste en un réseau connexe du système circulatoire, qui assume un double rôle. D'une part, la lymphe qu'il transporte vers les organes permet à ceux-ci de recevoir les nutriments utiles à leur fonctionnement. D'autre part, le système lymphatique assure la présence des globules blancs là où ils sont requis. De cette manière, la lymphe est un élément important dans le système de défense de l'organisme contre les différentes sortes de microbes. Le lymphome est classé parmi les maladies dites malignes. En effet, il résulte de la multiplication incontrôlée et à grande échelle de cellules anormales, qui tendent à envahir tous les
Liens commerciaux !
organes desservis par le système. Selon la nature de ces cellules infiltrantes, les spécialistes font la différence entre deux classes de lymphomes. La maladie de Hodgkin est une forme de lymphome qui se caratérise par la prolifération de cellules dites de Sternberg. Par ailleurs, la classe des lymphomes non hodgkiniens recouvre différentes formes de la maladie. Quelle que soit sa classe d'appartenance, le lymphome tend à se développer principalement au niveau des organes directement rattachés au système lymphatique. Outre le foie et la rate, les ganglions normalement présents sur le circuit de la lymphe, ainsi que la moelle épinlymphome symptomes etière sont directement menacés par cette maladie. C'est à partir de ces points que cette dernière va petit à petit infiltrer le reste de l'organisme. Le diagnostic du lymphome est assez délicat, dans la mesure où il ne reposera pas uniquement sur l'état général du patient. Des examens en laboratoire sont requis pour déterminer la nature du lymphome dont souffre réellement le patient. Les spécialistes recensent en effet une bonne trentaine de sous-classes dans la deuxième catégorie, dite non hodgkinienne. Quoi qu'il en soit, dans la majorité des cas, la suspicion de lymphome commence en présence d'un ganglion qui enfle en dehors des circonstances où cela se produit logiquement. Normalement, les ganglions augmentent de volume lorsqu'un individu souffre d'infection. Cela signifie que l'organisme mobilise son système de défense pour parer à l'agression des germes à l'origine de l'infection. Au contraire, lorsque le sujet ne souffre d'aucune infection, mais qu'il présente un ganglion indolore à la pression, durant plus de 20 jours, la vigilance est de mise. Il faut noter, par ailleurs, que la présence de ganglion au niveau du cou ou de l'aine n'est que le symptôme le plus courant. Certains lymphomes se présentent de manière fruste, d'autres simulent la manifestation d'autres maladies, ce qui rend le diagnostic d'autant plus délicat. Ainsi, l'on peut être en présence de fatigue inexpliquée ou de simples démangeaisons de la peau, comme l'on peut observer des signes plus impressionnants telles une paralysie du larynx ou des manifestations respiratoires sévères. Tout dépend de l'organe que la maladie a infiltré. Dans tous les cas, l'examen en laboratoire d'une partie du ganglion repéré, va permettre de définir s'il s'agit de lymphome. Le patient passera en outre quelques analyses de sang qui vont parfaire le diagnostic. Celui-ci permet notamment de distinguer la maladie des autres manifestations qui peuvent lui être confondues, telles que la toxoplasmose, ou encore la leucémie. Si la médecine dispose d'armes thérapeutiques pour pallier les manifestations de cette maladie, à défaut de la guérir, il faut savoir que l'efficacité du traitement dépend de plusieurs facteurs. Il s'agit notamment de la précision du diagnostic et de l'état d'avancement de la maladie, au moment où on la découvre. Traité tôt, le lymphome permet d'établir un assez bon pronostic. Le choix du traitement à mettre en oeuvre tient compte de plusieurs facteurs, notamment du type de lymphome développé par le sujet et de son état, par rapport à l'évolution de la maladie. Le traitement proprement dit consiste la plupart du temps en l'administration d'un composé médicamenteux, dans le cadre d'une chimiothérapie. Selon l'état d'avancement de la maladie, celle-ci sera prescrite à plus ou moins forte dose. L'utilisation des rayons pour détruire les cellules malades est également planifiée pour certains cas. La reconstitution de la moelle osseuse est requise chez certains patients qui se verront greffer. Les études menées sur cette maladie ont permis d'identifier certains facteurs qui favoriseraient sa survenue. Le contact fréquent avec certaines composantes chimiques tendrait à favoriser le lymphome. Il en va de même de toutes les situations où la défense de l'organisme baisse. Enfin, puisque le lymphome est à l'origine de quelque 5000 décès annuels en France, la vigilance est préconisée en présence de tuméfactions et autres ganglions persistants.